Texte fondateur

Texte fondateur

 

I – Introduction – Constats :

 

La prise de conscience de la nécessité de constituer une association des responsables des services publics d’aide informatique mutualisée découle des réflexions engagées dans ces départements face aux constats suivants :

 

  • le tissu des collectivités territoriales est à la fois hétérogène et diffus, ce qui en fait une juxtaposition de marchés de niches (par strates démographiques, par métiers, par secteurs géographiques) et conduit les collectivités à l’isolement
  • le champ de diffusion des outils informatiques s’élargit à tous les domaines de compétence des collectivités (mairies, écoles, bibliothèques, services techniques…) les objectifs en matière d’administration électronique se devant d’offrir aux élus de nouveaux outils de pilotage et aux administrés un accès élargi à l’information
  • l’environnement réglementaire national et européen évolue rapidement, sans toujours prendre en compte la difficulté de mise en œuvre des nouvelles dispositions sur le terrain, notamment au sein des petites structures ou de celles qui ne disposent pas de l’infrastructure publique adaptée (haut débit par exemple)
  • l’environnement technique se complexifie de plus en plus, notamment dans le domaine de la sécurité informatique et juridique des données, contrairement à l’apparente banalisation de l’outil informatique
  • les structures publiques d’aide informatique mutualisée ne couvrent qu’une partie du territoire et des besoins des collectivités, leurs formes juridiques diverses les isolent et les mettent parfois en difficulté, leur structuration pouvant devenir insuffisante
  • les structures publiques d’aide informatique mutualisée sont parfois instrumentalisées par les acteurs du marché pour percer dans un secteur géographique ou se légitimer dans un domaine d’activité donné, puis sont victimes de chantage ou de remise en cause de leur existence même, en vue de récupérer leurs adhérents devenus captifs (stratégie du « Cheval de Troie »)
  • l’offre du marché est caractérisée par un mouvement d’expansion désordonné dans la phase d’émergence d’un nouveau champ d’application de l’informatique, ce qui rend les choix des collectivités périlleux et souvent peu pérennes
  • l’offre du marché tend ensuite très vite à se concentrer massivement par le jeu des partenariats, fusions, acquisitions, place les collectivités dans un rapport de force défavorable et dégrade l’efficacité de la dépense publique (disparition de gammes de produits, migrations forcées, concurrence réduite, opacité des tarifs, risque d’entente)
  • l’offre du marché vise les collectivités les plus rémunératrices (strates démographiques élevées, champs d’application émergents) et ne répond pas correctement aux besoins des autres collectivités, considérées comme un « marché de l’offre » (produits pauvres fonctionnellement ou amortis au-delà de leur limite d’obsolescence)

 

II – Objectifs :

 

L’association des responsables techniques des structures publiques d’aide informatique mutualisée répond aux objectifs suivants :

 

  • la constitution d’un réseau de ces structures publiques
  • le partage d’expériences
  • la mise en commun de la veille technologique
  • la prise en compte des aspects juridiques liés à l’informatique
  • la promotion et l’accompagnement des démarches de création et de renforcement de services publics d’aide informatique mutualisés
  • la légitimation des structures publiques en tant qu’interface entre les partenaires institutionnels et les collectivités
  • le travail en totale indépendance vis à vis des fournisseurs de solutions (constructeurs, éditeurs, distributeurs, intégrateurs…)
  • la moralisation et la transparence des pratiques commerciales
  • la stimulation de la diversité de l’offre et le développement coopératif de solutions alternatives en cas de carence de l’offre

 

La finalité de ce travail répondant au triple objectif d’intérêt général :

 

  • l’efficacité du service rendu au public
  • l’amélioration des conditions de travail des utilisateurs
  • l’efficacité de la dépense publique

 

III – Moyens :

 

Les objectifs énoncés ci-dessus trouveront leur réponse par la création des services suivants :

  • un extranet professionnel avec forum et portail sécurisé d’accès aux données partagées
  • une bibliothèque de fiches solutions décrivant les produits et services
  • un fichier des fournisseurs de solutions (constructeurs, éditeurs, distributeurs, intégrateurs…)
  • un fichier des structures publiques d’aide informatique mutualisée (Agences techniques départementales, Associations des maires, Centres de gestion, Départements, Régions, Syndicats mixtes…)
  • une bibliothèque de dossiers (cahiers des charges de consultation, études comparatives…)
  • la constitution de groupes de travail à thématiques verticales (finances, ressources humaines…) et horizontales (sécurité, télécommunications, logiciels libres…)
  • l’organisation de réunions régionales, inter-régionales et nationales

 

IV – Évaluation :

 

Les travaux de l’association devront faire l’objet d’un rapport annuel d’activité (rapport moral), constitué notamment de tableaux de bord permettant d’évaluer quantitativement et qualitativement l’activité du réseau et les résultats obtenus.

 

V – Conclusion :

 

Cette démarche citoyenne doit apporter une réponse équilibrée aux préoccupations différentes et tout autant légitimes des différents acteurs :

 

  • structures publiques d’aide informatique mutualisée
  • collectivités territoriales
  • usagers du service public